Histoire du site des Thermes

Datation du site antique :

On a retrouvé sur le site une inscription que l’on a pu restituer ainsi : À Tiberius Julius Priscus, prêtre d’Auguste la cité des Ségusiaves : elle nous renvoie à la période de l'Empire Romain, tout comme la borne leugaire qui date du IIIe siècle. Certes rien n’empêche de penser qu'il y eut une occupation antérieure car la déesse Segeta appartient au panthéon celtique et nombreux sont les témoignages d’occupation gauloise dans les environs, par exemple à Précieux ou à Chézieux (commune de Saint-Romain-Le-Puy) où les dernières fouilles datent de 2000-2001. Cependant on s’accorde aujourd’hui à dire que le complexe thermal du site fut créé au Ier siècle (peut-être ex nihilo puisqu’on n’a découvert à ce jour aucun objet d’époque gauloise), bénéficiant de deux sources d'eau minérale et qu’il fut abandonné au cours du IIIe siècle.

 Principaux repères historiques :

  •  Ier et IIe siècle : période faste de la ville antique

  • milieu du IIIe siècle : abandon de la ville

 

  • à partir du XIe siècle le site fait partie d’une seigneurie féodale : le nom du bourg est alors Modonium, Modonio, Modonii.

  • XIIIe siècle : la seigneurie domus de palatio est achetée par l’abbaye bénédictine de la Chaise-Dieu; c'est d'abord une dîmerie laïque (comportant des vignes pour moitié) puis un couvent (prieuré) qui aura le statut de « grange dîmière » jusqu’à la Révolution.

  • 1340 : mention de l’église

  • 1671 : l’église prend le vocable de Sainte Eugénie.     Ci-dessus : Une vue cavalière du XVIIIe siècle montre le clocher-mur, (Archives de La Diana document de 1732)

  • Révolution française : vente comme bien national, achat par un notaire

  • 1804 : achat par les Clarisses - au début du XIXe siècle il existait donc encore un couvent, mentionné sur le cadastre Napoléon

 

Cadastre Napoléon de Moingt, 1808

 

 

  • 1821 : vente à un particulier et 1824 : incendie de la chapelle

  • 1840 : construction d’un bâtiment (l’aumônerie) au sud de la chapelle.

  • 1856 : création d’une manufacture de passementerie (comportant 20 métiers)

  • 1865 : transformation en demeure bourgeoise (propriété Neufbourg-Sirvanton)

  • 1981 : abandon par sa propriétaire

  • 1989 : acquisition par la ville de Montbrison de la propriété privée - pose d’un parapluie en acier

  • 1990 : classement de l’église Saint Eugénie et des thermes au titre des Monuments Historiques

  • 2003 : réfection de la toiture de la chapelle

  • entre 2005 et 2015: quelques sondages et fouilles - étude sanitaire et diagnostic patrimonial. (en 2010: étude sanitaire par le cabinet Feasson, Gagnal, Goulois - 2013-2014: étude pour mise en sécurité et sauvegarde des éléments bâtis par le cabinet Archipat)

  • automne 2015: début des travaux de sauvegarde.

    automne 2016: fin de la mise en sécurité du bâtiment - ouverture au public (visites guidées) pour les Journées du Patrimoine (17 et 18 septembre) -possibilité de visite pour des groupes sur demande à la mairie.